"Les questions : pourquoi la vision est-elle souvent du côté de l'artiste et pas du politique, de l'expert, ou du journaliste ? Pourquoi celui qui voit avant tout le monde c'est le romancier, plutôt que l'essayiste ? Pourquoi est-ce qu'on s'étonne que Houellebecq avait prévu il y a deux ans les peurs qui nous habitent en ce moment ? Qu'est-ce qui fait qu'un Don DeLillo a écrit le terrorisme tel qu'on le connaît, donnant à l'un de ses romans des allures de prophétie ? Qui a soufflé à Jules Verne, H.G. Wells ou George Orwell l'inspiration des machines qui nous gouvernent aujourd'hui? sont des bonnes questions. Est-on à ce point influencé par l'art, on se laisse guider par lui, ou est-ce que c'est l'artiste qui devine, qui voit, qui prévoit ? Est-ce que les étudiants de mai 68 avaient écouté en boucle, avant de s'insurger, cette chanson de Léo Ferré qui s'appelait "Quartier latin"? Est-ce que la musique électronique a suivi à la lettre l'art du bruit, ce manifeste futuriste du compositeur italien Luigi Russolo, publié pas plus tard qu'en 1913. Mieux, est-ce que Silvio Berlusconi avait lu ce scénario méconnu de Pasolini, fond de tiroir datant d'il y a 50 ans, l'histoire du soldat qui annonçait tout ce qu'il allait faire, Berlusconi, de la télévision, ou alors est-ce qu'on peut reconnaître que les artistes qu'on a cités étaient tout simplement du côté de la vision, précisemment parce qu'ils avaient l'audace, non de se remettre en question, mais d'en poser, des questions...et c'est peut-être ça, la vision."

Augustin Trapenard dans "Boomerang" sur France Inter, le vendredi 25/11/16

Ok, bon, quand ma journée commence comme ça, j'adore.

Léo Ferré - Quartier Latin

Ce quartier 
Qui résonne 
Dans ma tête 

Ce passé 
Qui me sonne 
Et me guette 

Ce Boul' Mich' 
Qu'a d'la ligne 
En automne 

Ces sandwichs 
Qui s'alignent 
Monotones 

Quartier latin 
Quartier latin 
Quartier latin 

Chez Dupont 
Ça traînait 
La journée 

C'était l'pont 
Qui durait 
Tout' l'année 

L'examen 
Ça tombait 
Comme un' tête 

Au matin 
Sans chiqué 
Ni trompettes 

Quartier latin 
Quartier latin 
Quartier latin 

Cett' frangine 
Qui vendait 
Sa bohème 

Et ce spleen 
Qui traînait 
Dans sa traîne 

J'avais rien